ACTF

L'Association des Cyclotouristes du Florival

Nous sommes dimanche 12/07/2020. Site optimisé pour Mozilla Firefox et mis à jour le 10 juillet 2020.
Nouveautés  : SC du 10 juillet | Corse 1, 2 et 3 | MAJ du pgm | SC du 7 juillet | Vtt du sam. 4/7 | SC du 3 juillet | MAJ pgm | Dans l'Ain | SC du 30 juin | SD 28/6 | SC du 26 juin | VTT 28/6 | SC du 23 juin | MAJ du pgm | SD 21/6 | SC du 19 juin | MAJ du pgm | Parcours | SD 14/6 | SC du 12 juin | SC du 9 juin | MAJ pgm |

Actualité :
110.png

Photos et comptes-rendus

Sortie convivialité du 9 juin 2020

Sous un ciel plombé menaçant d'ouvrir ses écluses à tout moment, seuls 4 apôtres se présentèrent à la cave ce mardi n'ayant pour unique choix que de tracer vers l'est contre ce vent désormais abonné à nos sorties. Chemin faisant, nous voilà déjà à Wettolsheim sans une goutte de pluie. Visite de la grotte qui est une réplique fidèle de la grotte de Massabielle où la vierge apparut à Bernadette Soubirou. L'histoire nous raconte qu'en ce lieu, se trouvait la maison natale de l'archevêque Schoepfer évêque de Tarbes et Pau. Détruite par un incendie, l'homme d'église finança l'édification de cette grotte sur cet emplacement. Sur la photo, vous verrez une belle dame accompagnée de 2 pèlerins un peu handicapés ou autistes...

Le ciel nous épargnant toujours, direction la "Waldeslust" terre d'évasion des Colmariens pour oublier leur querelles d'élus. Bernard qui revient dans le giron du 68 après avoir galéré pendant un an dans le 67, nous offrit pour son anniversaire un pot au restaurant bien nommé. Avec casques, mais sans masques, la terrasse nous fut proposée. Une petite pensée pour notre boss hospitalisé et qui doit se morfondre en regardant le plafond de sa chambre et à qui nous souhaitons vivement de se retrouver vite parmi nous.

L'heure pour nous de revenir vent dans le dos pour fumer la pipe jusqu'au "cluster" (foyer en français).

A bientôt!

Mario

 

La citation du moment :

On peut pédaler longtemps et loin. Très vite, avec une bonne technique cycliste et un peu d'entraînement, le corps s'habitue à l'effort et en redemande. Après quelques centaines de kilomètres on peut pédaler paisiblement tout au long du jour et envisager d'affronter des côtes sérieuses et des parcours accidentés. Après quelques centaines de plus, on peut jouer à accélérer, à tirer des bouts droits. On accède ainsi tranquillement à cet éden qu'est la "forme". On se croit donc au paradis.
C'est là que, sur votre petite route habituelle, dans la bosse, vous rejoignez un compagnon cycliste et que vous décidez de rester dans sa roue. D'un seul coup d'un seul, vous perdez votre paradis et votre latin.
Paul Fournel, Besoin de vélo