ACTF

L'Association des Cyclotouristes du Florival

Nous sommes mardi 11/08/2020. Site optimisé pour Mozilla Firefox et mis à jour le 10 août 2020.
Nouveautés  : Séjour dans l'Ain. | VTT 9/8 | SC du 31 juillet | MAJ du pgm | SD 26/7 | SC du 24 juillet | SC du 21 juillet | SD 19/7 | SC du 17 juillet | Corse, étape 5 | Vtt du sam. 11/7 | Corse, étape 4 | SC du 10 juillet | Corse 1, 2 et 3 | SC du 7 juillet | Vtt du sam. 4/7 | SC du 3 juillet | MAJ pgm | Dans l'Ain | SC du 30 juin | SD 28/6 | SC du 26 juin |

Les circuits du Florival initialement reportés au 11/10 sont annulés.
Actualité :
62.png

Photos et comptes-rendus

Voyage de Bernard en Corse

Étape 1

Salut à tous,
À mon tour de donner de mes nouvelles. Si je vous ai lâchés avant-hier hier, c’était pour la bonne cause: cinq jours d’affilée, ça va, mais six c’est trop.

J’ai démarré ce matin ma descente vers la mer. On ne peut pas vraiment qualifier cette rando de conviviale (je roule seul); contrairement à la vôtre, mais elle a son charme aussi.

Après une première partie tranquille en longeant le canal jusqu’à Etupes, j’ai suivi le Doubs de Pont de Roide à Saint Hippolyte où m’attendait la fameuse...montée, sur les coups de midi bien sûr. Il faut savoir prendre son mal en patience, on se met à penser qu’un slip aurait suffi, plutôt que deux, pareil pour les cuissards et les maillots, que j’aurais pu me passer de ma brosse à dents et de mon mini tube de dentifrice, etc...

J’ai fini par arriver à Pontarlier où j’ai découvert dans la zone commerciale que les glaces Ehrart (c’est mon père pâtissier de métier qui avait appris au fondateur de l’entreprise, originaire de Kirchberg, à faire de la glace, artisanale à l’époque, avec les fraises de notre jardin) s’y étaient établies, mais cela n’a aucun rapport avec le vélo.

PS: la grotte naturelle qu’on peut deviner dans la roche, c’est autre chose que le fac-similé en béton dans le vignoble alsacien.
À bientôt.
Bernard

 

Étape 2

Le Jura et l’Ain c’est comme le Sundgau en plus pire. Quand on arrive en fin de côte, on croit que ça va descendre. Ben non, la montée continue. Et ce ne sont pas les montagnes à vaches qui manquent.

À ceux qui ne pratiquent pas Openrunner, je peux annoncer une bonne nouvelle: les dénivelés annoncés ne correspondent pas à la rêalité. Ainsi, hier je m’étais préparé psychologiquement à affronter 1659m de montée, mais en fin de journée mon compteur n’affichait que 1400m; aujourd’hui je m’attendais à 1593m, maiis seulement 1400m réalisés. Sympa, non?

Au fait, qui parmi vous affirmait que le gravillonnage était une spécialité, voire une exclusivité alsacienne, ou même haut-rhinoise? Erreur, car ici ils connaissent aussi et j’en ai fait le seul frais mais sans conséquence grave. Comme j’avais monté des pneus de 28mm pour le confort, il y a très peu d’espace entre le pneu et le tube de fourche; les petits cailloux restaient coincés et risquaient de crever le pneu. Je devais donc m’arrêter, bien sûr en pleine côte, démonter la roue et ôter ces p... de gravillons. Une fois, ça va, mais quand il faut renouveler l’opération 4 ou 5 fois sur 3km...

À part ça tout va bien, malgré la chaleur qui augmente, et les prochains jours, ça ne va pas s’arranger. Franchement, c’est dur la vie de cyclo, mais on aime ça. Je crois même qu’on aime ça parce que c’est dur. Je vous laisse réfléchir à ces pensées profondes qui vous feront passer une bonne nuit. À bientôt.

Bernard  

Étape 3

Salut à tous,
Vous vous demandez sans doute où se trouve Glun. C’est à 15 km au nord de Valence, au bord du Rhône. J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Je commence par la bonne: le trafic aérien a repris. La mauvaise: le trafic aérien a repris. Selon vos convictions écologiques, vous pourrez choisir. Si je peux vous confirmer cette information, c’est parce que je suis passé tout près de Lyon Saint-Exupéry; les décollages se succédaient à un bon rythme, un toutes les 3 minutes environ.

En consultant la météo hier soir, j’ai vu que des orages étaient prévus dans la région en fin d’après-midi. C’est pourquoi je suis parti assez tôt ce matin pour éviter de me faire saucer. Bien m’en a pris, car j’ai senti les premières gouttes à 4 km de ma destination, juste ce qu’il fallait pour me rafraîchir un peu.

Pour demain, grand beau et vent soutenu (40km/h) mais dans le dos. Intéressant mais un peu inquiétant... Le GPS ça peut être super quand ça fonctionne. À plusieurs reprises, à un carrefour il m’indique une direction qui me semble bizarre, mais comme j’ai été bien élevé par mes parents. (j’y reviendrai plus tard), j’obéis sagement. Après quelques hectomètres il m’indique « hors parcours ». Ça m’apprendra à obéir bêtement à une machine.

Au fait, Mario, quand vous êtes montés au cimetière d’Oberbruck pour y chercher de l’eau, j’espère que vous y avez salué mes parents qui y reposent face au Schlumpf; je crois qu’ils sont bien là-haut.

Sur ce, bonne soirée et à demain peut-être.
  • Tournon, Rhône

Étape 4

Salut à tous,
Je voulais joindre une photo indice vous permettant de trouver où je suis ce soir mais n’ai pas trouvé dans cette ville d’étal de fruits qui vous mettrait sur la voie. C’est un fruit qui se mange en entrée ou en dessert.
Vous avez trouvé ? Bravo, comme dirait Mario.

Comme je vous l’ai dit hier, la météo prévoyait un vent sérieux à plus de 40km/h. Elle ne s’est pas trompée et c’est tant mieux. Le mistral soufflant du nord vers le sud, ça tombait bien. Les rares km que j’ai effectués face au vent ou, pire, vent de travers ont été un calvaire. La montée vers Châteauneuf-du-Pape avec vent dans le dos fut un régal.
En tous cas, ce n’est pas aujourd’hui que j’aurais aimé gravir la montagne jointe en photo.

La viarhôna c’est sympa mais le tracé est bizarre car à plusieurs reprises il revient en arrière, ce qui est déroutant. Les détours sont nombreux, ce qui m’inquiétait un peu car je ne voulais pas dépasser les 200km. Je l’ai donc quittée un peu avant Orange après avoir roulé presque 100km avec un jeune couple sympa qui voulait rejoindre Marseille ce soir.

Bon, assez causé, je dois aller manger et je prendrai peut-être du melon en entrée... ou en dessert.

Demain, enfin grasse mat, car je n’ai que 135 km à faire et le ferry n’appareille qu’à 21h.
Tchao.

Bernard

Étape 5

Salut à tous,
Ça y est, je suis en vacances, même si on peut considérer que ces quelques jours passés toujours assis étaient également des vacances.

Je vous écris ce dernier message du ferry qui vient de quitter Porto Torres en Sardaigne où il a fait escale pour remonter sur Porto Vecchio ma destination.

Moi qui pensais que cette dernière journée allait être cool, je n’ai pas été déçu. Je vous avais dit avant hier que je ferais grasse mat, heureusement que je n’ai pas trop flemmardé. J’avançais tranquillement dans cette Provence agréable mais vallonnée et assourdissante. En effet un bruit de fond incessant du genre cri cricri cricricri (je sais, j’imite assez mal les bruits avec les mots) m’empêchait presque d’entendre les voitures mais pas celles qui tournaient sur le circuit du Castellet que j’ai longé.
Vers 14h, alors que je dégustais une belle salade niçoise je reçois un sms de la compagnie corsa ferries m’annonçant que l’embarquement aurait lieu 2 heures plus tôt que prévu. Je vide ma chope de bière et saute sur mon vélo; ça aurait été un peu c... de louper mon ferry.

Comme je n’avais plus réussi à avoir de cabine lors de ma réservation, il fallait que je trouve un cours d’eau pour me débarrasser de la crème solaire avant de monter à bord. Coup de chance, encore un, près d’Ollioules, à 8 km de Toulon, un beau ruisseau m’a permis de faire une toilette qui m’a soulagé. Ne restait plus qu’à descendre en roue libre au port où je suis arrivé à temps.

En photo la maison d’une artiste à Roquevaire que j’avais visitée il y a quelques années. La propriétaire des lieux, un peu zinzin mais très sympa, nous a fait visiter la totalité de sa demeure décorée dans le même style que la façade. Original!

Voilà, l’expression « la boucle est bouclée « ne correspond pas vraiment à ce parcours, mais l’idée y est.

Au fait, dommage que je n’aie pas eu le temps de grimper au Mont Faron (photo) avant de quitter la terre ferme. Le temps est un mauvais alibi car en réalité j’étais cuit, pas que par le soleil.
Avis aux cent collistes ou cent colleurs, j’ai péniblement gravi le col de l’Ange à 231 m (non il ne manque pas de chiffre à la fin).

Je vous souhaite à tous de belles vacances, avec ou sans vélo.

La citation du moment :

"La bicyclette développe l’initiative, l’énergie, la patience, l’endurance et la modestie : le cyclotourisme est un humanisme."
Paul Guth