ACTF

L'Association des Cyclotouristes du Florival

Nous sommes samedi 23/11/2019. Site optimisé pour Mozilla Firefox et mis à jour le 21 novembre 2019.
Nouveautés  : Affiches | SC 19/11 | Dim. 17/11 | SC 15/11 | SC 12/11 | Adhésion 2020 | Dim. 10/11 | 100 ans | SC 8/11 | SC 5/11 | Maj pgm | Dim. 3/11 | CF 2020 | 27 octobre | SC 25/10 | SC 22/10 | 100 ans | 20 octobre | lien | 13 octobre | 11 octobre | SC 8/10 | 6 octobre | SC 1/10 |
Actualité : Galette des rois et prise de licence le 3/1/2020, AG le 31/1/2020.
manu.png

Photos et comptes-rendus

Liens vers d'autres comptes-rendus de PBP 2019

Paris Brest Paris (PBP) 2019, une méga fête du vélo

Événement phare que je ne connaissais pas il y a quatre ans mais dont on m'a tellement vanté les mérites que la curiosité d'aller voir de plus près si la réalité correspondait au discours a été plus forte que mes réticences. Je ne partais pas pour gravir le mont Éverest, ni à la conquête du Graal du cycliste, mais cette aventure fut très belle et je ne peux que la recommander. Comme le disent les anciens, "Paris Brest Paris est une aventure extraordinaire pour des gens ordinaires". La prochaine édition aura lieu en 2023, ça laisse un peu de temps pour se préparer...

Départ de Rambouillet pour un aller retour à destination de Brest le dimanche 18 août, soit 1200 km et 11400 de D+, à réaliser en 90 heures maximum. Environ 6700 participants, 66 nationalités, la notoriété de cette épreuve est importante au delà de nos frontières et surtout en Asie. La veille du départ, sous une pluie battante, contrôle des vélos et plus particulièrement de l'éclairage et des freins.

  • Le lendemain, départ par vague de 300 cyclistes à partir de seize heures. C'est l'effervescence, des vélos partout, chacun attend son moment pour partir. Je remonte la file et essaye d'en comprendre le fonctionnement pour aller saluer Jean-Marie qui doit part avant moi, mais pas facile avec le vélo au milieu de cette foule dense. J'avise un camping car immatriculé 68 et vais lui demander s'il peut garder mon vélo pour poursuivre à pied. Le propriétaire en sort à ce moment là, c'est Didier R. du club d'Urschenheim, on se connaît bien ayant roulé plusieurs fois ensemble lors des BRM qualificatifs. Didier a fait plusieurs Paris Brest Paris, des diagonales, il pratique le vélo dans un esprit de découverte et de rencontre des gens. Il fait partie de ceux qui m'ont incité à pratiquer des longues distances. C'était très sympathique de partager cette attente avec lui.
    Pour qui aime le vélo, je n'ose dire l'objet car il mérite un meilleur qualificatif, PBP est un enchantement. Quelle diversité de montures, des coursiers ultra légers, des randonneuses, des vélos spéciaux.

  • Une longue cohorte, interminable puisque les premiers sont partis deux heures avant moi et les derniers s'élanceront dans trois heures, pédale en direction de Brest. Assez vite le groupe n'est plus compact, on dépasse et se fait dépasser, mais comme me le disait Didier avant le départ, "n'oublie pas que tu roules pour toi, rentre dans ta bulle, trouve ton rythme sans tenir compte des autres".
    La vigilance s'impose car certains vélos ne m'inspirent pas confiance, des bruits de chaîne mal positionnée, des gens mal posés sur le vélo, des drapeaux qui flottent au vent, des grelots, un participant indien avait une pompe à pied accrochée sur le porte bagage de son fat bike, une brésilienne roulait en jean's. Bref, beaucoup de folklore, mais pas sûr que tous aient bouclé les 1200 km de la randonnée, ils ont dû grossir les rangs des 27% qui ont abandonné.

  • Premier point de contrôle au bout de 200 km environ. L'organisation est bien huilée, des signaleurs à l'entrée du site qui est souvent un collège ou un lycée, restauration chaude et petite restauration froide pour ceux qui souhaitent aller vite et éviter l'attente, parking gardé pour le vélo, poste de secours, dortoir, le tout 24 heures sur 24 avec des bénévoles aux petits soins. Il faut dire qu'avec 20 % de participants français certains étaient contents de pouvoir échanger dans notre langue, moi également. Mais bravo à eux, j'ai trouvé l'organisation parfaite tout au long du parcours.

  • L'objectif de nombreux participants est de ne pas dormir avant Loudéac, c'est à dire au bout de 445 km. La journée est donc souvent ponctuée de petites siestes après cette première nuit blanche, surtout que pour cette édition 2019 la météo permettait de s'allonger un peu n'importe où. On peut tenir ainsi, sans faire de vraie nuit, comme les marins. C'est fou ce qu'un simple endormissement peut remettre en forme.

  • L'accueil des habitants, du moins en Bretagne, n'est pas un mythe. Au milieu de la nuit ils proposent du café, à manger, un endroit pour dormir, de l'eau, certains refusant même toute participation financière. Impossible de s'arrêter partout, mais que ça fait du bien de prendre une boisson chaude à 4h du matin alors qu'on a l'impression d'être au milieu de nul part. Bravo les bretons !

  • L'arrivée à Brest, la rade vue depuis le pont Albert Louppe.



  • Christophe D.

Paris Brest Paris 2019, avant le départ

Deux membres de l'ACTF seront parmi les plus de 6000 participants à cette longue randonnée.
Jean-Marie L. qui partira dimanche 18 août à 16h pour un délai de 80 heures et Christophe D. pour un départ le même jour à 18h avec un délai de 90 heures.

Si vous voulez suivre leur passage dans les différents points de contrôle :



 

La citation du moment :

Mon monde d'enfant a toujours été plus vaste que mon village. Dès que j'ai su pédaler j'ai eu l'idée d'un monde plus grand. Lorsque je partais faire un tour, tout ce qui était à l'intérieur du tour était chez moi. J'ai ainsi tracé des cercles de plus en plus larges, au fur et à mesure que mes forces grandissaient.
Paul Fournel Besoin de vélo